Le Management de Transition

Le Management de Transition vise à obtenir une solution apportant aux entreprise simplicité et efficacité. 

Le droit du travail en France est connu pour sa complexité. En parallèle, le travail en « mode projet » devient courant en entreprise. La fonction juridique évolue et intègre le besoin de flexibilité.
Le Management de Transition est une solution qui apporte aux entreprises simplicité et efficacité.

Qu’est-ce que le management de transition ?

Il n’y a pas de définition légale du Management de Transition (on parle également d’Interim Management). Cette notion vient de la pratique. Elle consiste à faire appel à un juriste expérimenté pour une mission d’une durée déterminée dans un contexte d’urgence.

Dans quels cas peut-on faire appel au management de transition ?

Le principe est l’urgence, c’est-à-dire que le client a un besoin immédiat mais n’a pas de ressource en interne.
Nos clients font appel à nous, essentiellement dans trois cas :
 L’Interim cadre, c’est-à-dire pour remplacer une personne dans un organigramme existant (remplacement de congé maternité ou accroissement temporaire d’activité).
 La réalisation d’une mission spécifique. Par exemple, la restructuration d’une branche d’activité.
• Le recrutement par CDI, en urgence.

Qui sont les managers de transition aujourd’hui ?

Nous distinguons deux catégories de profils :
• Des managers de transition qui en font leur métier. Ce sont des directeurs juridiques, qui recherchent de la flexibilité et de l’indépendance. Il ne veulent plus de CDI et ne fonctionnent qu’en mode projet.
• Des candidats qui acceptent une mission entre deux CDI.

Au-delà des compétences techniques et juridiques, un bon manager de transition doit avoir des compétences comportementales (ou soft skills). Il a des capacités de leadership, d’adaptation et de communication.

Les modalités d’intervention du manager de transition

Le Manager de Transition peut intervenir en CDD ou être indépendant.
Quand le manager de transition est indépendant (freelance), il peut avoir sa propre société ou passer par une société de portage. Cette dernière prend en charge les aspects administratifs.
L’intérêt du Freelance est son système de « Pay as you go » : le client ne paie que pour les jours travaillés.

La tendance du marché est un développement de mode de travail. Les juristes qui étaient très frileux il y a quelques années s’intéressent de plus en plus à ce marché. Attention toutefois, il reste un marché de niche.

Marie Hombrouck, Associée, Atorus Executive

Source : https://www.lemondedudroit.fr/decryptages/60784-management-transition.html